Les Héritiers de l'Ère Nouvelle

Préhistoire et ...primhistoire

Bien avant ce que nous avons la prétention d'appeler la "préhistoire" ,a existé une période "négligée" par les professionnels de la science officielle que Robert Charroux avait baptisée "Primhistoire".
Humblement,je vais essayer de suivre le chemin du grand chercheur que fut Charroux et les autres supporteurs du "réalisme fantastique" tels que Charles Forth,Jimmy Guieu,Guy Tarade,James Churchward,Jean Sendy...etc
Exprimer le fait que nous nous prétendons de l'école du réalisme fantastique signifie que nous réfléchissons et remettons en question les enseignements de la science officielle et que nous proposons une "Nouvelle Vision de l'Histoire des Humains de la Terre.

 

 


 

 

Que pensez-vous de la préhistoire?

Moi,je pense que  beaucoup de choses nous sont caché  et comme une image vaut mille mots,je vous offre un diaporama des

 

mensonges véhiculés par la science "dite" officielle,celle qui se dit rationaliste!

 

 


 

DIAPORAMA  des MENSONGES QUE NOUS CONTENT LA SCIENCE OFFICIELLE

 

hebergeur image

 

 Ce dessin paléolithique est évalué à plus de 35,000 ans avant Jésus Christ.En la regardant on a une terrible impression de 

déjà vu: une forme de vie reptilienne.On la croirait suspendue dans les airs.

 

 

 

 


L'INEXPLICABLE

 

Actuellement, on recherche des fossiles d'hominidés dans des lieux géologiques dont les sédiments correspondent aux dates en accord avec la théorie officielle.

Si d'autres hominidés ont existé auparavant, on les trouvera dans des couches plus anciennes, dans un état fossile plus avancé.

Mais si on trouve effectivement des fossiles encore plus anciens, cela veut dire, soit qu'il faut ajouter une partie plus ancienne à l'histoire de l'homme et donc également revoir son évolution, soit, si l'on continue à proclamer que les premiers hominidés n'ont que 4 millions d'années au mieux, qu'il faut revoir toute la géologie.

C'est sur ces ambiguïtés que, dans certains états américains, les créationnistes ont obtenu le droit d'enseigner à l'école leur théorie, en la présentant comme plus fiable que celle née du Darwinisme.

Nous devons ce retour à l'obscurantisme moyen-âgeux au fait que les scientifiques refusent même d'étudier ces fossiles impossibles sous prétexte qu'ils servent les vues créationnistes.

Une fois de plus, comme pour la parapsychologie, ou bien le phénomène OVNI, le serpent se mord la queue et la place est laissée vacante aux charlatans de tout poil.

Les scientifiques se défendent en nous expliquant qu'une bonne théorie repose sur un vaste éventail de preuves contre quelques exceptions de-ci de-là.
C'est une attitude dogmatique, anti-scientifique car c'est à partir des exceptions que naissent de nouvelles théories.


Voici donc quelques-unes de ces exceptions, ces fossiles impossibles, qui mériteraient une étude sérieuse, même si c'était pour les invalider !

 

 

 

hebergeur image

 

En 1842, un crâne humain, mal préservé, est trouvé dans du lignite  vieux de 15 à 50 millions d'années.
Cet objet fait partie de la collection de l'Académie Minière de Freiberg en Allemagne.

 

 

    • A partir de 1850, divers fossiles de mammifères ( du mammouth au bison ) ont été remontés d'une mine d'or de Table Mountain près de Needles en Californie.
      En 1863, un disque en pierre ( à meuler ?) ainsi qu'un morceau de crâne humain sont découverts par le Dr R. Snell.
      En 1866, M. Mattison, propriétaire d'une mine, dégagea sous une couche de basalte, un crâne humain complet qui fut étudié par le Dr L. Wyman du Collège de Harvard.
      Ce crâne âgé de 12 millions d'années est d'un type moderne, son authenticité ne fait aucun doute à cause de l'imbrication naturelle des gravats.

 

       
    • Relaté dans le Saturday Herald of Iowa City, le 10 avril 1867, des os humains et des pointes de flèches en cuivre ont été trouvés dans un filon d'argent à une profondeur de 400 mètres au fond de la mine de Rocky Point à Gilman ( Colorado ).
      La veine où ces objets reposaient est âgée de 135 millions d'années.

 

       
    • En juillet 1877, à Spring Valley près d'Eureka ( Nevada ), quatre prospecteurs trouvèrent ce qui ressemblait à un os humain carbonisé pris dans une roche de quartzite brune.
      Une fois la roche enlevée, ils découvrirent une partie du fémur, les os du genou, de la jambe et du pied, d'un hominidé qui devait mesurer 3,5 mètres.
      La roche où ces restes étaient enserrés est estimée à 185 millions d'années.

 

       
    • Un article du Scientific American, en 1880, rapporte la découverte d'un crâne humain, de morceaux de côtes, de vertèbres et d'une clavicule, dans une mine de fer près de Dry Branch, dans le comté de Franklin ( Missouri ), à une profondeur de 50 mètres, avec deux pointes de flèches en silex ainsi que du charbon de bois. En les manipulant, les os se brisèrent.
      Deux semaines et demi plus tard, 1,5 mètre plus bas, le Dr Booth trouva d'autres restes ( un fémur, des vertèbres et d'autres morceaux de bois carbonisés ), sur une couche de minerai de fer qui portait des marques de tissage.
      L'âge estimé de ce minerai est de 425 millions d'années.

 

       
    • En novembre 1926, dans le puits n° 3 de la mine de charbon de Bear Creek, à 80 kilomètres au sud-ouest de Billings ( Montana ), l'archéologue J.C.F. Siegfriedt trouva une dent humaine ( seconde molaire inférieure ) dont l'émail s'était transformé en carbone et les racines en fer.
      Cette dent fut trouvée dans une couche datant de 30 millions d'années.
      Cette découverte ne suscita l'intérêt d'aucun autre spécialiste et, comme les autres, tomba dans l'oubli.

 

       
    • En 1958, le Dr J. Huerzeler du Muséum d'Histoire Naturelle de Bâle, trouva à 180 mètres de profondeur, dans une mine de charbon en Toscane ( Italie ), la mâchoire écrasée d'un enfant de 5 ou 7 ans de type moderne.
      De plus, les strates dont elle a été extraite datant de 20 millions d'années, cette découverte impossible fut classée sans suite.

 

     
  • En 1973, un collectionneur de roches, Lin Ottinger, en arpentant un plateau rocheux dégagé par les bulldozers pour préparer une exploitation minière, aux alentours de la mine de cuivre de Big Indian, au sud-ouest de Moab ( Utah ), trouva des morceaux d'os et des dents.
    Soucieux de sa découverte, il fit appel au Dr J.P. Marwitt, professeur d'anthropologie à l'Université de l'Utah à Salt Lake City, pour fouiller plus avant.
    Devant plusieurs observateurs, des photographes, des reporters munis de caméras, ils mirent à jour les moitiés inférieures de deux squelettes humains d'apparence moderne, disposés naturellement dans une couche âgée de plus de 100 millions d'années.
    Les fossiles furent ramenés à l'université pour une datation, non révélée jusqu'à présent, et le professeur Marwitt fut muté...

 

 

hebergeur image

 En Italie, dans les années 1870, dans une mine de charbon, on a retrouvé le fossile d'un hominidé âgé de 12 millions d'années, baptisé Oreopithécus.

 

 Au début des années 1980, en explorant une mine de charbon désaffectée à ciel ouvert, près de Mahanoy ( Pennsylvanie ), Ed Conrad fit plusieurs découvertes troublantes.
Sa première trouvaille fut un rocher contenant une inclusion dont les contours ressemblaient à un crâne vu de dessous.

 

hebergeur image

 

 

Sa deuxième trouvaille fut une pierre ressemblant étrangement au crâne d'un grand anthropoïde:

 

 

hebergeur image

 

 

 Sa troisième trouvaille fut une autre inclusion dans un rocher, cette fois d'un crâne vu de profil, avec les mêmes protubérances qu'un crâne d'hominidé.

 

 

hebergeur image

 

 D'autres fossiles pétrifiés d'os de fémur et de tibia furent également mis à jour.
Ed conrad décida de soumettre ses découvertes au "Smithsonian Institute" qui refusa de faire une étude poussée. Des os d'hominidés pétrifiés de 280 millions d'années, c'est impossible donc... sarcasmes, moqueries... Attitude classique des scientifiques devant une découverte impossible, qui a poussé Ed Conrad à se ranger du côté des créationnistes.
C'est avec des fonds privés que ces objets furent étudiés, analysés au microscope électronique, aux rayons X, infra-rouge, etc.
Ainsi, le crâne a un palais et une prémolaire à double racine ; c'est à dire que, selon la science officielle, "Dame Nature" aurait eu non seulement la malice de faire un rocher à forte teneur en phosphate ressemblant à un crâne d'hominidé mais y aurait ajouté une cavité à l'emplacement du palais et une prémolaire, ainsi que la structure cellulaire des canaux Haversiens ( visibles seulement au microscope ).

 


 

hebergeur image

 

 En juillet 2005 M. Mohammed Zaraouit a découvert dans une carrière de marbre à Tafilalet ( Maroc ), dans une couche géologique du dévonien un petit crâne fossilisé d'un primate qui devait être bipède et âgé de 360 millions d'années !
Pour la suite... Cliquez ici pour le site officiel du CERBI ou ici pour le site miroir du CERBI.

 

 


 

LA COEXISTENCE AVEC LES DINOSAURES

 

 

hebergeur image

 

 

 

 

 


 

paléontologues sont les "gardiens du temps", les maîtres de l'anthropogenèse. (note 1)

C'est un français, le naturaliste Georges Buffon ( 1707-1788 ) qui est le véritable père de la paléontologie. Il est en effet le premier à émettre des idées évolutionnistes, encourageant par là même l'étude des fossiles.

 

C'est un autre français, le naturaliste Jean-Baptiste Lamarck ( 1744-1829 ), père de la biologie, qui fut le premier à présenter clairement une théorie qualifiée de transformisme.

 

Mais c'est Charles Darwin ( 1809-1882 ), monumental hérétique en son temps, qui donna son véritable essor à cette nouvelle science, après la publication de son désormais légendaire ouvrage édité en 1859, "De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle".

 

Ses théories furent violemment combattues par ses contemporains, mais finirent par s'imposer contre le créationnisme ( Note 2 ) et la génération spontanée des espèces ( Note 3).

 

Pourtant, c'est seulement après la seconde guerre mondiale que l'on s'est mis à rechercher les fossiles témoignant de nos origines.

 

Pour trouver des fossiles, il faut déterminer un lieu, où, il y a plusieurs millions d'années, un de nos ancêtres a péri.

 

Il faut ensuite trouver les sédiments qui ont recouvert ses os et les ont protégés pendant tout ce temps avant qu'ils ne remontent à la surface.

 

Il faut donc une succession de hasards et coïncidences incroyables...
D'innombrables spécimens nous seront donc toujours inconnus...

 


 

Le lieu géologique, où l'on a trouvé le plus grand nombre et les plus anciens fossiles d'hominidés, c'est la vallée du rift.(Note 4)

 

Ainsi les premiers hominidés auraient pu être partout sur le globe, mais c'est en Afrique Orientale qu'on en trouve les traces les plus anciennes...
Dans la mesure où les traces trouvées ailleurs semblent ignorées, cela permet au dogme d'être simplement affiné par les nouvelles découvertes allant dans le sens de la théorie darwinienne, dans laquelle le dieu hasard conserve sa place prépondérante.

 

 

 


NOTES:

 

1-Anthropogenèse : étude de l'origine et de l'évolution de l'homme.

2-Créationnisme ou fixisme : Théorie selon laquelle les espèces sont immuables, fruits de la création divine pour Aristote ( IVe siècle av. J.C. ), conformément au mythe biblique de la genèse pour les religieux.

3-Génération spontanée ou abiogenèse : Théorie selon laquelle certains êtres vivants émergent spontanément à partir de substances minérales ou organiques en décomposition .
Cette théorie resta incontestée jusqu'en 1660 pour certains animaux et ne fut totalement balayée qu'en 1869 pour les micro-organismes.

 

4-La vallée du rift est cette gigantesque faille qui traverse le continent africain, dans sa partie orientale, du nord au sud. Elle s'est effondrée il y a plusieurs millions d'années et depuis, les mouvements du sol ont fait remonter les fossiles à la surface.

 

 

 

 



Tous droits réservés